• Cité médiévale de Provins, 2013

    Ville classée au Patrimoine Mondial de l'Unesco depuis 2001

    14 monuments classés et 41 inscrits aux monuments historiques

     

    En l'an 485 et après sa victoire à Soissons, Clovis s'empare du castrum romain de Provins.

    Témoignant déjà d'une certaine importance, dès le début du IXe siècle, Charlemagne y envoie ses missi dominici. Autre preuve d'un rôle majeur : Provins frappe sa propre monnaie, le denier provinois.

    Provins est devenue à cette époque la troisième ville de France, après Paris et Rouen. Elle fut au Moyen Âge l'une des villes abritant les plus grandes foires de Champagne, lorsque la ville était sous la protection des comtes de Champagne.

    D'après les lettres patentes de Louis XI, la ville conservait bien ses privilèges, notamment pour attirer les marchands étrangers. Le roi lui-même visita la ville de Provins les 21 et 22 juin 1479, avant d'aller à Dijon.

    Au Xe siècle, la ville était beaucoup plus importante qu'aujourd'hui et comptait 80 000 habitants.

    Enfin la cité provinoise tint sa place dans l'histoire nationale quand, le 3 août 1429, au milieu de sa cour et en présence de Jeanne d'Arc, Charles VII récemment couronné, assista à la messe en la Collégiale Saint-Quiriace.

     

    SOMMAIRE

    La cité médiévale de Provins : la Tour César

    Provins : les remparts de la Ville Haute

    Provins et ses nombreux bâtiments religieux classés monument historique

    Provins : autres constructions classées ou inscrites aux monuments historiques

     

    Tour César, Provins

     

    Pour en savoir plus : http://whc.unesco.org/fr/list/873

     

    Flag Counter

  • Tour César, classé monument historique en 1846

    L'existence d'une tour à cet emplacement est attestée par une charte de 1137. Elle est reconstruite sous le règne d'Henri le Libéral (1152-1181).

    Symbole de la puissance et de l'autorité des comtes de Champagne, elle se présente comme un octogone inscrit dans un carré de 17,60 mètres de côté, muni d'une tourelle hémicylindrique à chaque angle.

    Les autres faces de l'octogone sont flanquées d'un contrefort surmonté d'une échauguette. L'ensemble est ceint d'une fortification ovale, dont l'intérieur est comblé au XVe siècle. La tour était accessible par une poterne surplombant le premier niveau, voûté en coupole ; une rampe menait alors au deuxième niveau, également voûté par une coupole sur trompes.

    L'accès au troisième niveau, qui conserve son chemin de ronde crénelé, se faisait au moyen d'un escalier réservé dans les 4 mètres d'épaisseur du mur

    Dès le XIIe siècle, cette tour sert de prison et d'arsenal. Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, avec le déclin du pouvoir comtal, elle est utilisée comme prison.

    Sa position défensive est renforcée au XVe siècle par les Anglais.Les toitures sont ajoutées au XVIe siècle . Depuis 1693, la tour abrite les cloches de la collégiale Saint-Quiriace.

    De 1875 à 1979, la salle basse accueille le réservoir d'eau de la ville haute. Depuis 1981, la tour porte à son sommet le dragon, emblème de la ville haute, celui de la ville basse étant la lézarde.

     

    La Tour César

    La Tour César

    La Tour César

    La Tour César

    La Tour César

     

    La Tour César en noir et blanc :

    La Tour César

    La Tour César

    La Tour César

     

     La Tour César et la la collégiale Saint-Quiriace :

    La Tour César

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique