• Palais du Golestan à Téhéran, Iran 2018

    Classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco depuis 2013

    Le palais du Golestan est situé au cœur du centre historique de Téhéran. Il est l’un des plus anciens ensembles de Téhéran, construit à l’origine par la dynastie safavide dans la ville historique fortifiée. Après la construction d’extensions et d’ajouts, il fut doté de ses éléments les plus caractéristiques au XIXe siècle, lorsque l’ensemble palatial fut choisi comme résidence royale et siège du pouvoir par la famille dirigeante kadjare. L’ensemble du palais du Golestan est actuellement composé de huit structures palatiales importantes, entourant les jardins du même nom et principalement utilisées comme musées, qu’entoure un mur extérieur percé de portes.

    L’ensemble apporte un témoignage unique des réalisations artistiques et architecturales de la période qâdjâr, y compris l’introduction de motifs et de styles européens dans les arts perses. Il n’était pas seulement utilisé comme la base du gouvernement des souverains qâdjârs mais servait aussi d’enceinte résidentielle et de loisirs et de centre de production artistique au XIXe siècle. Grâce à cette dernière activité, il devint la source et le centre des arts et de l’architecture qâdjârs.

    Le palais du Golestan représente un témoignage unique et riche du langage architectural et des arts décoratifs de l’époque qâdjâre, qui se manifeste essentiellement dans l’héritage légué par Naser ed-Din Shah. De considérables sources d’inspiration d’origine européenne se reflètent dans l’ensemble palatial et confirment qu’elles sont les premières représentations de la fusion des styles persans et européens, devenue si caractéristique de l’art et de l’architecture iraniens à la fin du XIXe et au XXe siècle. À ce titre, certaines parties de l’ensemble palatial peuvent être considérées comme étant à l’origine du mouvement artistique iranien moderne.

    Source : http://whc.unesco.org/fr/list/1422

     

    SOMMAIRE

    Le palais du Golestan, Téhéran

    Le Palais du Soleil, Shams al-Emareh, Téhéran

    Le musée royal, Talar-e Salam, Téhéran

    Série de céramiques qâdjâr à gauche du Shams al-Emâreh

     

    Quelques photos de Téhéran hors patrimoine de l'Unesco

    Quelques photos de Téhéran

     

    Palais du Golestan à Téhéran

    Palais du GolestanLe Palais du Soleil, Shams al-Emareh

     

    Pour voir les photos de mon trek rendez vous ici : steevephoto.eklablog.com/ascension-du-damavand-5671m-iran-juin-2018

     

  • Quelques photos de Téhéran hors patrimoine de l'Unesco.

    Notre visite de Téhéran fut rapide d'autant que des manifestations nous empêchaient d'aller dans certaines zones. Ces photos ne sont donc pas représentatives de cette ville.

    La Tour AzâdiLa Tour Azâdi (Liberté), monument Pahlavi le plus célèbre de la ville non loin de l'aéroport.

    Construite en 1971 pour la célébration des 2500 ans de la monarchie, elle s'appelait "Shâhyad" (Souvenir du Roi) avant la révolution islamique. Ses quatre arches évoquent les iwans* et leurs décors d'alvéoles s'inspirent des muqarnas**.

    * Iwan : nouvelle forme d'architecture inventée par les Parthes au Ier ou IIe siècle. C'est une salle voûtée fermée sur 3 côtés. Elle est utilisée aussi bien pour les temples que pour les palais et sera reprise par les Sassanides et la perse musulmane.

    ** Les muqarnas (مقرنس en persan) sont un motif ornemental de l'architecture islamique depuis l'époque médiévale. Il s'agit d'éléments décoratifs en forme de nids d'abeilles et réalisés en stuc peint, en bois, en pierre ou en brique.

     

    Place Imam Khomeini

    Place Imam Khomeini

    Place Imam Khomeini

    Place Imam Khomeini

    Place Imam Khomeini

     

    Photos divers :

    Téhéran

    Téhéran

     

    Téhéran

    Téhéran

    Téhéran

    Téhéran

     


    votre commentaire
  • Classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco depuis 2013 

    A gauche du Shams-ol Emareh, ce long mur est couvert de céramiques typiques du goût qâdjâr. Leur compositions ne se répètent jamais et font alterner les vases à fleur et des arabesques florales plus ou moins naturalistes et baroques avec la représentation naïve de paysages et de villes européens.  

     

    Céramique qâdjâr

    Céramique qâdjâr

    Céramique qâdjâr

    Céramique qâdjâr

    Céramique qâdjâr

    Céramique qâdjâr

    Céramique qâdjâr

    Céramique qâdjâr

    Céramique qâdjâr

    Céramique qâdjâr

    Céramique qâdjâr


    votre commentaire
  • Classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco depuis 2013

     

    Édifié de 1874 à 1882, il fut conçu à l'origine comme un musée d'inspiration européenne par Nasseredin Shah, ou Nâser od-Din Shâh, premier souverain iranien à avoir effectué un voyage en Europe. Il fut ultérieurement réservé aux cérémonies d'apparat. Le dernier chah d'Iran s'y fit couronner en 1967.

    Au premier étage, la Salle des miroirs (Tâlâr-e Ayneh) est inspirée de la Galerie des glaces de Versailles. 

    À droite du Musée royal, le Talar-e Adj renferme une collection de cadeaux diplomatiques.

    Vous trouverez quelques objets du Musée dans mon blog musée dans les jours prochains.

     

    Façade extérieur du musée et du Talar-e Adj :

    Le Musée royal

    Le Musée royal

    Le Musée royalOn peut voir ici la représentation du lion solaire portant une épée. Au-delà de son interprétation zodiacale originelle, c'est une métaphore d’Ali, le lion de la foi. Il fut présent sur le drapeau iranien jusqu’en 1979.

    Le Musée royalJardin en face du musée

    Le Musée royalStatue de lion à l'entrée du musée

    Le Musée royalEscalier d'entrée du Musée royal

    Le Musée royal

    Le Musée royal

    Le Musée royalGrande Salle du Musée

    Le Musée royalGrande Salle du Musée

    Le Musée royalGrande Salle du Musée avec le trône.

    Mosaïque à l'intérieur du musée royal :

    Le Musée royal

    Le Musée royal

     

    Le Musée royalLa Salle des miroirs, Tâlâr-e Ayneh, est un chef d'oeuvre du décor en mosaïque de miroirs.

    Le Musée royalEscalier de l'entrée du Musée royal  

    Le Musée royalUne des salles du Musée royal


    votre commentaire
  • Classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco depuis 2013

     

    Quelques années après son couronnement, Nasseredin Shah décide d'étendre le palais de Golestan dans sa partie orientale.

    Shams-ol Emareh, ainsi que la Salle des Miroirs, la Salle du Musée et la Salle d'Ivoire datent de cette période. À cette époque, Téhéran avait peu de bâtiments impressionnants et encore moins de bâtiments élevés. Quelques ingénieurs français et autrichiens sont invités à cette occasion à Téhéran pour mettre en œuvre les idées que Nasseredin Shah avait eues en Europe et voulait réaliser en Perse.

    La conception est l'œuvre de Doust-Ali Khan Moaier-ol-mamalek et de l'architecte Master Ali Mohammad Kâshi. Démarrée 2 ans plus tôt, la construction de Shams-ol-Emareh est achevée en 1867.

    Mirza Hassan Khan Etemad-os-saltaneh (1843-1896), chroniqueur de la cour, écrit à ce sujet :

    « [...] le Koushk, connu sous le nom de Shams-ol-emareh, est une des œuvres grandioses de ce prince impérial. Son avantage par rapport aux autres constructions de Téhéran - et peut être de l'Iran- est évident et le nombre de ces étages s'élève à cinq. Ce souvenir important est dessiné et construit sous l'égide de Doust-Ali Khan Moaier-ol-mamalek à la mode des palais et des constructions des pays d'Europe. Cette auguste construction est bâtie en l'an mil deux cent quatre-vingt-quatre d'Hégire, en la vingt et unième année du règne de sa Majesté [...] »

     

    Le Palais du SoleilLe Shams-ol Emareh est reconnaissable à ses deux belles tours très hautes pour l'époque. Son Iwan surélevé et ses salles sont décorés de stuc sculpté et de mosaïques de mirroirs.

    Le Palais du Soleil

    Le Palais du Soleil

    Le Palais du Soleil

    Le Palais du Soleil

     

    Le Palais du Soleil

    Le Palais du SoleilA gauche du Shams-ol Emareh, ce long mur est couvert de céramiques typiques du goût qâdjâr. Leur compositions ne se répètent jamais et font alterner les vases à fleur et des arabesques florales plus ou moins naturalistes et baroques avec la représentation naïve de paysages et de villes européens.   

    Le Palais du Soleil

    Le Palais du Soleil

    Le Palais du Soleil

    Le Palais du Soleil

    Le Palais du soleil, Shams-ol Emareh, Téhéran


    votre commentaire
  • Classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco depuis 2013

    Visite du palais le 25 juin 2018

    L'Arg, citadelle en persan, est construit sous le règne de Tahmasp Ier (1524-1576) de la dynastie safavide (1502-1736). Il est rénové plus tard sous le règne de Karim Khan Zand (1724-1776).

    En 1783, le Qajar Agha Mohammad Khan choisit Téhéran comme nouvelle capitale de l'Iran l'Arg devient ainsi la cité royale pendant l'époque qajare.

    Le palais est reconstruit sous sa forme actuelle en 1865 par Haji Abol-Hassan Mémar Navaï.

    Pendant l'époque Pahlavi (1925-1979), le palais du Golestan est utilisé pour les réceptions officielles, comme le couronnement de Reza Shah et de Mohamad Reza Shah, la famille Pahlavi ayant construit ses propres palais au nord de Téhéran à Sa'dabad et à Niavaran.

     

    Le palais du GolestanDerrière cette toile se trouve la Salle du trône de marbre qui est un iwan surélevé tapissé de miroirs. Il fut construit par Karim Khân Zand puis transformé à l’ère qâdjâr. Le trône de marbre fut sculpté en 1806 sur ordre de Fath Ali Shâh. Cette salle servit lors du couronnement de Reza Shâh Pahlevi en 1925.

    Le palais du GolestanEntrée du musée royal.

    Le palais du Golestan

    Le palais du GolestanLe Khalvat-e Karim Khani, la retraite de Karim Khan Zand ancien régent de Shirâz, une des plus anciennes parties encore existantes du palais. Construit vers 1760, ils furent en grande partie détruits et restaurés au XIXe siècle par Nâser od-Din Shâh. Il n'en reste qu'une salle à coupole surélevée, ouverte sur l'extérieur, et qui abrite un bassin, un trône de marbre et la pierre tombale de Nâser od-Din Shâh.    

     

    L'Emârat-e Bâdgir ou Palais Bâdgir

    C'est un des plus vieux bâtiments du palais du Golestan qui doit son nom aux tours d'aération (bâdgir) . Il a été construit à l'époque de Fathali Shah. Il est composé d'une pièce principale, de deux chambres latérales, deux vestibules et une pièce en sous-sol équipée d'un bassin.

    La construction a lieu entre 1807 et 1809, sous la direction de deux architectes persans, Haj Mirza Jafar Khan Tabrizi et Abdullah Memarbashi (plus connu sous le nom de Sheikh Abdulhossein) :

    Le palais du GolestanLe Palais des tours du vent, Emârat-e Bâdgir, avec une de ses quatre tours d'aération.

     

    Le palais du Golestan

    Le palais du GolestanUne des entrées du Palais Bâdgir.

    Le palais du Golestan

    Le palais du GolestanPalais Bâdgir avec une autre de ses tours en arrière plan

    Le palais du GolestanMosaïque

    Intérieur du Palais Bâdgir :

    Le palais du GolestanPièce en sous-sol équipée d'un bassin, utilisé comme musée d'anciennes photographies de l'Iran.

    Le palais du Golestan

    Le palais du Golestan

    Le palais du Golestan La chambre principale est décorée de vitraux, de colonnes de plâtre en forme de spirale, de plinthes de marbre peint ; le sol est couvert de carreaux de céramiques peints. Le plafond est décoré de miroirs et de peintures, ce qui est rare au palais du Golestan.

     

    Le palais du GolestanBatiment proche du palais Bâdgir.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique