• inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979.

     

    L'édification de Persépolis commence en 521 av. J.-C. sur ordre de Darius Ier. Elle fait partie d’un vaste programme de constructions monumentales visant à souligner l’unité et la diversité de l’empire perse achéménide, à asseoir la légitimité du pouvoir royal et à montrer la grandeur de son règne. Elle fait appel à des ouvriers et artisans venus de toutes les satrapies de l’empire.

    L’architecture résulte d’une combinaison originale des styles issus de ces provinces créant ainsi le style architectural perse ébauché à Pasargades, également retrouvé à Suse et Ecbatane. Cette combinaison des savoir-faire marque également les autres arts perses, comme la sculpture ou l’orfèvrerie. La construction de Persépolis se poursuit pendant plus de deux siècles, jusqu’à la conquête de l'empire et la destruction partielle de la cité par Alexandre le Grand en 331 av. J.-C.

    Il est difficile de dater avec précision la construction de chaque monument. La seule indication irréfutable est fournie par des tablettes retrouvées sur le site qui attestent d’une activité au moins dès 509 av. J.-C., lors de la construction des fortifications. On peut en revanche attribuer la plupart des constructions aux périodes correspondant aux règnes des différents souverains. Les constructions de Darius sont ensuite terminées et complétées par ses successeurs : son fils Xerxès Ier ajoute au complexe la Porte de toutes les nations, le Hadish, ou encore le Tripylon. Sous Artaxerxès Ier en 460 av. J.-C., on dénombre 1 149 artisans présents sur les chantiers5. Le site reste en construction au moins jusqu’en 424 av. J.-C., et peut-être même jusqu’à la chute de l’empire achéménide : une porte reste en effet inachevée, ainsi qu'un palais attribué à Artaxerxès III.

     

    Escalier de Persépolis donnant à la terrasse : 

    Persépolis, Iran

    Persépolis, IranL’accès à la Terrasse se fait par la façade ouest au moyen d’un escalier monumental symétrique à deux volées divergentes puis convergentes. Ajouté par Xerxès, cet accès remplace l'accès initial qui se faisait par le sud de la terrasse. Cet escalier devient alors la seule entrée importante. Construit avec des blocs massifs de pierre taillés et chevillés, chaque volée comporte 111 marches présentant une déclivité de 10 cm. La faible côte réalisée autorise ainsi l’accès aux cavaliers et chevaux. L’escalier était fermé en haut par des portes de bois dont les charnières pivotaient dans des alvéoles taillées dans le sol. Il débouche sur une petite cour ouvrant sur la porte de toutes les nations.

    La Porte de toutes les nations

    La Porte de toutes les nations, ou Porte de Xerxès, a été construite par Xerxès Ier, fils de Darius le Grand. La date présumée de sa construction est -475.

    Persépolis, IranEntrée ouest gardée par deux taureaux colossaux mesurant 5,5 m de haut, d’inspiration assyrienne.

    Persépolis, Iran

    Persépolis, IranEntrée est ouvrant sur l’Allée des processions, gardée par deux statues colossales représentant des hommes-taureaux ailés, ou lammasus, de style assyrien.

    Persépolis, IranChapiteau de colonne à protomés de griffons partiellement restaurées dans l'allée des processions. Le griffon est un animal symbolique à corps de lion et à tête et à ailes d'aigle. 

    Longeant d’ouest en est la partie nord de la Terrasse, l’allée des processions mène de la Porte de toutes les nations à une construction similaire : La Porte inachevée aussi appelée le Palais inachevé, appelée ainsi car sa construction tardive n'était pas terminée lors de la destruction du site par Alexandre. Elle débouche sur une cour qui ouvre sur le Palais des 100 colonnes. Un double mur bordait l’allée sur ses deux côtés, protégeant l’Apadana et les palais privés des regards

    Persépolis, IranLa Porte inachevée aussi appelée le Palais inachevé

    Persépolis, Iran

     

     

    Les sépultures royales dans la roche du Kuh-e Ramat surplombant Persépolis

    Situées à quelques dizaines de mètres de la Terrasse, deux tombes creusées dans la roche du Kuh-e Ramat dominent le site. Ces tombes sont attribuées à Artaxerxès II et Artaxerxès III. Chaque sépulcre est entouré de sculptures à colonnades représentant des façades de palais, surplombées de gravures.

    Au-dessus du sépulcre d’Artaxerxès III, le roi est représenté sur un piédestal à trois niveaux, faisant face à Ahuramazda et à un feu sacré également surélevé. Un mur présente une inscription trilingue qui rappelle que Darius le Grand a donné une descendance, qu’il a construit Persépolis, et liste ses biens. Une troisième tombe inachevée se trouvant plus au sud-est en cours de restauration. Elle semble avoir été destinée à Darius III, dernier roi achéménide

     

    Persépolis, IranVue sur le Kuh-e Rahmat avec la tombe d’Artaxerxès III

    Persépolis, IranPersépolis, vue du Kuh-e Rahmat.

    La Sépulture d'Ataxerxès III

    Persépolis, Iran

    Persépolis, Iran

    Persépolis, Iran

    Persépolis, Iran

    Persépolis, Iran

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique