• Inscrit au patrimoine de l'Unesco en 1979

    Visité le 27 juin 2018 

    L'Apadana ou salle d’audience de Darius

    Commencé par Darius Ier et terminé par Xerxès Ier, l’Apadana, salle du trône dans les palais achéménides, est le principal édifice officiel de Persépolis. La date du début de son érection serait 515 av. J.-C., selon deux tablettes d’or et d’argent retrouvées dans des coffres de pierre insérés dans les fondations. Darius y a fait graver son nom et le détail de son empire. 

    L’Apadana est avec le Palais des 100 colonnes, la plus grande et la plus complexe des constructions monumentales de Persépolis. Il se trouve au centre de la partie ouest de la Terrasse. Placé sur un haut niveau, il est accessible par deux escaliers monumentaux en double rampes symétriques et parallèles, qui flanquent le soubassement des côtés nord et est.

    Le palais a un plan carré de 60,5 m de côté. Il comporte 72 colonnes mesurant près de 20 m de haut dont 13 sont encore debout. Témoignant de l'influence ionienne, ces colonnes présentent le même diamètre et une hauteur proche de celles du temple d’Héra à Samos, en outre, elles présentent des cannelures similaires.

    Les plans initiaux du palais sont plus simples : l’escalier de Persépolis et la Porte de toutes les nations ayant été ultérieurement construits, un accès au palais par le nord devient nécessaire. Cela explique l’ajout d'un escalier sur le flanc nord du soubassement. La partie centrale, une grande salle hypostyle de forme carrée, comporte 36 colonnes ordonnées en six rangées. Elle est entourée à l’ouest, au nord, et à l’est, par trois portiques rectangulaires portés chacun par douze colonnes ordonnées en deux rangées. La partie sud consiste en une série de petites salles, et s’ouvre sur le palais de Darius, le Tachara. Les coins étaient occupés par quatre tours assurant le contreventement efficace des espaces aériens du palais.

    Le plafond était soutenu par des poutres reposant sur des protomés de taureaux et de lions. Des poutres transversales étaient également posées directement sur les têtes, stabilisées par les oreilles ou les cornes de l’animal sculpté. L’ensemble était calfaté et recouvert par une couche de mortier de boue séchée. Les poutres étaient en chêne, en ébène, et en cèdre du Liban. L’utilisation de toitures légères en cèdre s'ajoutant aux techniques des colonnades ioniennes permettent la libération d'un espace important. La stylisation du pelage montre une volonté de s’affranchir du réalisme pour des animaux emblématiques.

    L’ensemble était richement peint. Couverts d’une couche de stuc dont on a retrouvé des fragments, les murs étaient également ornés de tentures brodées d’or, carrelés de céramiques, et décorés de peintures représentant des lions, taureaux, fleurs et plantes. Les portes de bois et les poutres portaient également des plaques d’or, des inclusions d’ivoire et de métaux précieux. Les ornements des chapiteaux de colonnes diffèrent selon leur position : taureaux pour les colonnes du hall central et du portique nord, autres figures animales pour les portiques est et ouest.

     

    Persépolis, Iran

    Persépolis, IranPorte ouest du Palais des 100 colonnes menant à l'Apadana, roi combattant le mal. 

    L'Apadana :

    L’escalier nord a été ajouté par Xerxès Ier (-486 -465 av. J.-C.) afin de faciliter l’accès à l’Apadana à partir de la Porte de toutes les nations. Les reliefs de cet escalier déclinent les mêmes thèmes que ceux de l’escalier est mais sont plus dégradés.

    Persépolis, Iran Gardes mèdes, avec l'acinace (type de poignard ou de dague d'origine scythe, emprunté par les Perses, qui l'ont popularisé au premier millénaire av. J.-C.) au côté, et perses vêtus d’une longue robe drapée.

    Persépolis, IranDétail garde perse portant une coiffe cannelée

    Persépolis, IranDétail garde mède coiffé d'un bonnet rond

    Persépolis, Iran Reliefs symbolisant le nouvel an : un lion dévorant un taureau. Relief que l'on retrouve sur les triangles et panneau central des escaliers.

    Persépolis, Iran

    Persépolis, Iran

    Persépolis, IranLes multiples inscriptions royales persépolitaines cunéiformes sont rédigées en vieux-persan, babylonien, ou élamite et gravées à divers endroits du site.

    L'Apadana, PersépolisColonnes de l'Apadana

    L'Apadana, PersépolisTête de lion


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique